N. Afkari exécuté: peu de réactions d’officiels français, réactions fermes des ONG et monde du sport

La mobilisation dans le pays, de sa famille, des ONG internationales et même, d’après l’avocat de Navid Afkari, l’imminence d’une rencontre entre le condamné et la famille de la victime pour formuler une demande de grâce, n’ont pu l’empêcher: le lutteur iranien Navid Afkari a été exécuté par l’Iran hier matin, dans une prison de Chiraz.


Navid Afkari, 27 ans, champion de lutte iranien avait été reconnu coupable d’« homicide volontaire » sur un fonctionnaire tantôt présenté comme un membre des services de renseignement, tantôt comme un agent de la régie municipale de l’eau, lors de manifestations anti-gouvernement en 2018. Ses frères aussi avaient été condamnés à de lourdes peines, accusés de complicité.


Le Comité International Olympique « choqué »

Le CIO s’est exprimé dans un communiqué: « L'exécution du lutteur Navid Afkari en Iran est une très triste nouvelle. Le CIO est choqué par cette annonce aujourd'hui. Le président Thomas Bach avait adressé par lettre cette semaine plusieurs appels personnels directs au guide suprême et au président iranien afin de demander la grâce de Navid Afkari, tout en respectant la souveraineté de la République islamique d'Iran. Il est profondément regrettable que les appels des athlètes du monde entier et tout le travail mené en coulisses par le CIO avec le Comité National Olympique d'Iran, la Fédération mondiale de lutte (UWW) et la fédération iranienne de lutte n'aient pas atteint notre objectif. Nos pensées vont à la famille et aux amis de Navid Afkari. »


Amnesty dénonce une « exécution secrète », « après un procès scandaleusement inéquitable » et une « effroyable parodie de justice qui nécessite une action internationale immédiate »

L’ONG Amnesty International a dénoncé une « exécution secrète », sans que ni lui, ni sa famille ni son avocat ait été prévenu de son imminence, « après un procès scandaleusement inéquitable ». Elle a qualifié cette exécution d’ « effroyable parodie de justice qui nécessite une action internationale immédiate ».

Kenneth Roth, le directeur de l’association de défense des droits humains Human Rights Watch a déclaré: « Peu avant la scandaleuse exécution du lutteur Navid Afkari aujourd’hui, HRW avait joint sa voix à celles qui demandaient un jugement équitable, soulignant que cette affaire illustrait une pratique systématique des autorités iraniennes, indifférentes aux allégations de tortures et au recours à des aveux obtenus sous la contrainte lors d’un jugement ».


Pour Global Athlete, le gouvernement iranien ne mérite plus d’avoir le privilège de participer aux championnats internationaux de sport

L’association de défense des athlètes Global Athlete a publié un communiqué:

"Repose en paix Navid Afkari

Global Athlete présente ses sincères condoléances à la famille et aux amis de Navid Afkari. Le gouvernement iranien a pris la vie d’un homme innocent, d’un athlète, et d’un lutteur. Nos pensées sont aussi avec les deux frères de Navid qui sont actuellement incarcérés dans des conditions inhumaines.

Nous appelons à la solidarité des athlètes et demandons au Comité International Olympique et à la Fédération mondiale des lutteurs à appliquer des sanctions visant à boycotter l’Iran du monde du sport pour cette odieuse exécution. Les actions du gouvernement iranien sont de manière évidente en violations avec les droits humains, de tels agissements ne peuvent rester impunis. Pour avoir exécuté un athlète, ce gouvernement ne mérite plus d’avoir le privilège de participer aux championnats internationaux de sport.

Global Athlete voudrait remercier tous les athlètes et groupes d’athlètes qui ont élevé leurs voix afin de sauver la vie de Navid. Qu’il repose en paix.

Nous ne devons pas nous taire. »


Peu de réactions du côté des officiels français*, et pas de réaction officielle de Josep Borell Fontelles

L’ambassadeur français pour les droits humains, François Croquette, a déclaré hier: « L'exécution de ce jeune sportif condamné à mort sur la base d'aveux extorqués sous la torture est une tâche de plus sur le régime iranien, que ses éléments les plus durs entraînent dans une spirale répressive. Il faut la condamner fermement en rappelant que la France est opposée à la peine de mort, partout et en toutes circonstances. »

La ministre suédoise des Affaires étrangères a rapidement réagi après l’annonce de son exécution: « Consternée par les rapports faisant état de l’exécution du lutteur iranien Navid Afkari. La Suède et le reste de l’Union européenne ont toujours rappelé le droit à un procès équitable et s’opposent à l’application de la peine de mort en toutes circonstances sans exception ».

Le correspondant pour les affaires européennes du journal israélien The Jerusalem Post, Benjamin Weinthal a déclaré sur Twitter: « La diplomatie européenne et Josep Borrell Fontelles ont décidé de ne pas exhorter le régime iranien de Khameini à ne pas exécuter le lutteur innocent Navid Afkari parce que l’Union européenne souhaite protéger son accord sur le nucléaire avec l’Iran, accord présentant de graves défaillances, et qui permettra finalement à l’Iran de se doter de l’arme nucléaire ». Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et le président américain Donald Trump dénoncent régulièrement cet accord.

Sur les réseaux sociaux, on a pu observer des messages d'indignation demandant des sanctions contre l'Iran.

Cette année et l’année dernière, des manifestations ont eu lieu en Iran. Cette exécution peut être prise comme un avertissement donné aux manifestants, mais aussi comme un message porté sur la scène internationale. Le régime iranien est régulièrement accusé de violations des droits humains sur ses ressortissants mais aussi via des milices à l’extérieur du pays.


Pour l’heure, on n’a pas noté de réaction officielle du président de la République Emmanuel Macron, de son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, du Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère Josep Borrell Fontelles, ou encore de la ministre des Sports Roxana Maracineanu. Aucun appel public émanant de leur part n’avait été lancé pour ne pas appliquer la peine de mort à Navid Afkari.


A l’heure actuelle l’Union européenne et la France essayent encore de sauver l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien de 2015. En Iran, l’accord est aussi critiqué par les franges les plus dures. En janvier 2020, l’Union européenne avait invité le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, peu après l’assassinat du général Ghassem Soleimani par les Etats-Unis, sans donner de date précise. L’agence iranienne Iranian Students’ News Agency a publié un communiqué sur son site internet le 9 septembre dernier, dans lequel elle reprend l’information d’une chaîne japonaise annonçant la venue prochaine de Javad Zarif en Europe. « Des sources diplomatiques affirment que les préparatifs du voyage du ministre iranien des Affaires étrangères sont en cours et cette visite sera effectuée la semaine prochaine vers la France, l'Allemagne, l'Italie et l’Espagne. »


L’Iran détient toujours dans ses geôles une ressortissante franco-iranienne et chercheuse de renom, Fariba Adelkhah.


Le communiqué de Global Athlete

* Actualisation : Plusieurs heures après la parution de cet article, la diplomatie française a publié un communiqué condamnant l’exécution de Navid Afkari. «Trop peu, trop tard », déplore un diplomate.

Recommanded Reading
Search By Tags
Follow "THIS JUST IN"
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Black Google+ Icon

© 2023 by "This Just In". Proudly created with Wix.com