« Naama Issachar est un sujet d’intérêt pour la quasi-totalité des israéliens »

Naama Issachar, une israélo-américaine de 26 ans a été inculpée par les autorités russes pour « trafic de drogue », après avoir trouvé moins de 10 grammes de cannabis dans son bagage. Arrêtée en zone de transit à son retour d’Inde en direction d’Israël en avril dernier, elle a été condamnée à 7 ans et demi de prison.


Les avocats de Naama Issachar ont annoncé qu’ils porteraient l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme, après le rejet de son appel. Selon des responsables israéliens, son sort aurait été lié à celui du hacker russe, Alexeï Burkov, dont à la fois les Etats-Unis et la Russie réclamaient l’extradition. Ce dernier a finalement été extradé aux Etats-Unis, où il est accusé d’avoir volé des millions de dollars dans une escroquerie massive à la carte bleue. En Israël on a évoqué une possibilité de liens entre ce dernier et les renseignements russes, ce qu’il dément.

Alexander Osovtsov a été député russe de 1993 à 1995. Ancien avocat, il a aussi été directeur de programme pour la « Open Russia foundation ». Political s’est entretenu avec lui au sujet de Naama Issachar, dont le Premier ministre et le président israéliens ont demandé la grâce, sans succès à ce jour.


Political: Le cas de Naama Issachar est-il politique?

Alexander Osovtsov: Tout d’abord, je ne suis pas sûr qu’il s’agisse d’une affaire politique. De quelle politique parle-t-on? Elle n’est ni une personnalité politique ni une personne publique, elle n’était pas connue avant cette histoire. Elle était une jeune citoyenne tout à fait ordinaire. Mais il y a une différence entre la notion de politique dans les pays occidentaux et en Russie. En Russie, ce qui est considéré comme politique, d’une certaine manière, est très éloigné de tout parti, participation à des élections etc.


Que pensez-vous de cette affaire?

Cette affaire est d’abord celle d’une jeune femme qui n’a pas compris ce qu’elle avait fait et quel pays est la Russie, pays par lequel elle devait passer en transit pour quelques heures. Elle n’a pas été informée de tous les risques, ou elle n’y a pas prêté attention ou pas suffisamment. Ensuite, elle est actuellement dans la même situation qu’un nombre important de russes, sauf qu’elle n’était absolument pas préparée à se retrouver dans les conditions terribles des prisons russes. Il est impossible pour des étrangers de comprendre ce que sont les prisons en Russie. J’étais avocat en Russie, et je sais que pour les occidentaux, c’est un véritable enfer, comme dans les films sur l’Irak […].

Enfin, il n’y a pas de « justice » en Russie, si on entend utiliser le terme au sens qu’il prend dans les pays occidentaux. Même selon les lois russes, sept ans et demi [de prison] est une décision folle, parce qu’elle n’avait pas l’intention d’amener de la drogue sur le territoire de la Fédération russe. Du point de vue de la loi internationale comme de la loi russe, cette décision est folle. L’intention est un élément très important.


Vladimir Poutine doit, parmi de nombreuses personnalités politiques, se rendre en Israël le 22 janvier prochain pour les commémorations du 75ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l’Armée rouge. Que laisse présager le contexte actuel pour cette visite?

Monsieur Poutine doit venir en Israël fin janvier pour participer à une cérémonie d’inauguration d’un monument à la mémoire des habitants de ma ville natale, Leningrad, pendant le siège. Je pense - et ne suis pas loin d’en être certain- qu’il y aura du grabuge. Pas seulement parce que les russes ou les ukrainiens ne seraient pas satisfaits de sa politique: des israéliens, nés en Israël, pourraient participer à des actions visant à lui faire savoir qu’ils ne sont pas heureux de sa venue. Peu après le rejet de l’appel de Naama Issachar, dans un média [israélien], on a évoqué plusieurs centaines de milliers d’Israéliens qui pourraient participer à une action publique contre Poutine en général.

Naama Issachar est un sujet d’intérêt pour la quasi-totalité des israéliens. [Un scandale] pourrait l’aider, peut-être même que ce serait sa chance, mais au final la décision tient dans les mains d’une seule personne.


Propos recueillis le 20/12/2019


Compte Instagram public de Naama Issachar

Recommanded Reading
Search By Tags
Follow "THIS JUST IN"
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Black Google+ Icon

© 2023 by "This Just In". Proudly created with Wix.com